Le Soucougnan : Le démon de Minuit

Dernière mise à jour : 16 févr.

Hors série : Edition Halloween


#halloween #créole #histoire #lifestyle #blog #voyage #culture


La saison de la peur, des bonbons et des films d’horreur, classique ou Netflix, est là ! Halloween fait son entrée dans maintenant quelques jours, en attendant on te propose durant les jours à venir des histoires ou légendes d’Outre-mer, frissons garantis alors prend des bonbons et installe-toi pour lire l’histoire qui va suivre !


L'arbre fromager, l'ami du soucougnan


L’arbre fromager, un arbre maudit, cette idée de malédiction remonte à il y a longtemps, bien connu par les habitants des Antilles, ce bois sait être imposant avec ses pics lui servant de draps pour son bois. Le fromager garde de nombreux secrets, les esclaves s’y pendaient pour s’en servir de passage, comme un retour aux sources, un retour sur les terres africaines.

Une chose plus grande se cache au cœur de cette plante, plus diabolique, le Soucougnan !


Une malédiction commence toujours de la même manière : par un pacte avec le malin, pour ce qui est du contenu du pacte il demeure inconnu, le prix lui est visible et douloureux pour la condamnée. Souffrance et solitude sont au rendez-vous !


Le rôdeur des nuits tient son origine des religions africaines, des croyances qu’ils ont sues porter avec eux jusqu’aux Antilles. Devenu esclave et privé de toutes libertés, le rappel culturel était plus qu’important.


En Afrique la religion suivie en majorité était l’animalisme et le vaudou, convaincu que les esprits résidaient à travers les animaux, ils les vénéraient et leur rendaient hommages. Oiseaux, serpents, poissons ou encore les insectes, tous ces animaux avaient une signification.


Il y a un "mais" comme dans chaque histoire, mythe, croyance ou religion, ces animaux peuvent être possédés par des esprits maléfiques. Le plus souvent, c’est la figure de l’oiseau qui assimilé à la sorcellerie, toujours posé sur une branche en observant les habitants d’un regard attentif, qui d’autre qu’eux pour être possédé ?


Les oiseaux noirs sont-ils nécessairement porteurs de malheurs ?

Ce n’est pas un phénomène étranger, l’oiseau est souvent considéré comme porteur de message heureux ou de malheur, selon son plumage, noir ou blanc, le noir est synonyme de mort, c’est le cas du soucougnan. Une bête démoniaque qui réside sur un fromager et négocie avec le Diable.


La légende du soucougnan ne s’arrête pas là, refaisons un saut temporel ! Les esclaves étaient animalistes et vénéraient les esprits, mais les esprits étaient plus souvent consultés par les femmes, les hommes, eux étaient aux champs, ils étaient loin de tout esprits farceurs et malveillants. Ce n’était pas le cas des femmes, elles étaient au premier rang et plus sujette à la possession de l’esprit. Le mythe de la femme démon et sorcière est donc née !


Le Soucougnan est une sorcière, cette malédiction est plus connue par le sexe féminin, en réalité il n’est pas rare que les enchantements ai pour cible la femme dans la mythologie antillaise et africaine également, la figure féminine est généralement perçu comme envoutante et maléfique, le prix à payer est celui des sortilèges.


La sorcière se change durant la nuit à l’abri de tous les regards, de toutes curiosités et d’une connaissance… La maudite est en général connue du village ou de sa ville, elle ne parle pas beaucoup, apparaît rarement en public et surtout habite seule et loin de la foule.


Le sabbat des sorcières de Goya (1797-1798)

Le soir, elle n’est pas en ville, pas de restaurant pour elle et pas non plus de balade au clair de lune, ou plutôt pas sous son enveloppe humaine. La transformation est cachée par des rideaux, au fond, dans une maison, le soucougnan se met à parler en langues, non pas du latin comme dans les films d’horreur classique, en langues africaines, ancestrales et oubliées par certains. L’état de transe a débuté, chair humaine n’est plus, c’est la naissance du monstre des nuits.


Les balades nocturnes sont plus aériennes que terriennes pour le damné, recouvert de plumes noires et terrifiant le rôdeur des nuits cherche patiemment ses futures victimes. Pour l’heure, il doit rejoindre "l’arbre aux esclaves" et ne doit pas être surpris sinon c’est un au revoir définitif pour son enveloppe corporelle originelle.

Rentrez donc chez-vous ! Le Soucougnan est dans les rues.

L’heure tourne ! Vous êtes encore dehors !


Le Soucougnan est là !


Prendre la fuite ? Impossible!

Fort heureusement il est possible de s’en protéger.

Pour y échapper les formules comme celle de Harry Potter ou de la marraine la fée ne sont pas nécessaire, on vous le promet, des simples ciseaux ouverts et de l’ammoniaque feront l’affaire, ou encore plus simplement, porter son t-shirt à l’envers, on comprend maintenant pourquoi cela porte bonheur !


Vous pouvez respirer ! Les soucougnans ont disparu ou plutôt sont en voie de disparition, les vampires des nuits se font rares désormais. On dit qu’ils n'apparaissent uniquement que tous les six ans, peut-être réapparaîtront-ils cette année… Alors fermez bien vos fenêtres !


On se retrouve vite ! A bientôt sur L'épicerie Créole.


1 001 vues0 commentaire