Pimentez votre soirée avec la légende du Zonbi

#Lepiceriecréole #halloween #zonbi #vaudou #culture #epiceriefine

Le zombie va t'emporter !


Vous êtes persuadé de connaître les zombies ? En réalité, nous n’allons pas vous raconter l’histoire d’horreur européenne et de mort-vivant déambulant les bras levés à la recherche de cerveaux humains, ni même de The Walking Dead. Non le mainstream ne s’invite pas pour halloween ou du moins pas cette année ! Cette semaine, nous vous racontons avec L'Epicerie Créole la légende qui s'est faite une place dans la culture antillaise : le Zonbi ! Vous êtes prêt à pimenter votre soirée ?



Les zombies, des monstres qui ont toujours fasciné le cinéma, c’est vrai après tout des monstres gluants, verts et malodorants ça fait couler de l’encre ! Plus qu’une légende ou une simple histoire qui fait peur, le zombie est devenu la superstar de la pop culture.


L’origine de notre vedette provient du continent africain, de l’empire du Kikongo, vous allez vous rendre compte que l’histoire du zombie est loin d’être celle d’un être humain impacté par un vilain virus, loin de là ! La magie noire et vaudou se sont invités à nos côtés pour faire une cueillette d’âme.

Pour rappel, en Afrique, une multitude de religion et de pratique était au centre des cultures, dont le vaudouisme. Le vaudou consiste à la consultation des esprits puissants et en leur vénération. C’est la servitude des esprits, c’est une dévotion totale au Bondy, le bon Dieu.

Les croyants s’adressent à des esprits comme Papa Legba, détenteur de la mort, ou plutôt du paradis ou de l’enfer. Le vaudou est arrivé en même temps que les esclaves aux Antilles. Ces croyances ont permis une survie mémorielle, “ n’oublions pas qui nous avons été!”. Le vaudou a connecté un peuple forcé d’épouser une religion étrangère et celle de leur condition inhumaine.



Papa Legba va se charger de toi !

Comme un passage de souffrance, le Zonbi enture la vie à la condition mortelle d’être un esclave, privé d’humanité, d’âme et d’un physique humain. Connu pour son apparence effrayante, sans bras, sans tête, mais que cela ne vous trompe pas, il sait reconnaître ses victimes !

“Zombi la ké chayéw”, le zombi va t’emporter !

Le Zonbi tiendrait son héritage du dieu Nzambé, c’est de lui qu’il tient son nom de baptême. Nzambé est un esprit mort dans les croyances africaines, tout comme le zombie l’est pour les haïtiens. Pas d’amalgame ! Le zombie n’est pas pour autant un dieu, quelle genre de divinité serait un monstre maudit si ce n’est l’ange déchu ?

Le Zonbi est un monstre maudit, sa malédiction est sans doute la plus sévère qu’il soit, condamné à vivre tout en étant mort, à errer et n’être réduit qu’à un morceau de chair en état de putréfaction : quelle tragédie ! La mort n’est pas synonyme de repos pour le damné, bien au contraire, la servitude qui est réservée aux vivants est désormais son châtiment mortel.

L’auteur de cette malédiction est connu sous le nom du grand sorcier ou du prêtre sorcier. Cet ensorcellement peut être l’objet d’une demande de vengeance ou d’une personne jalouse souhaitant se débarrasser de la pire manière de son obstacle, la solution est donc la possession de l’âme par le grand sorcier.



Cérémonie vaudou avec le Grand Prêtre

Qu’il s'agisse d’un mythe ou d’une réalité, le Zonbi s’est fait une place importante dans la culture antillaise, plus précisément à Haïti. Pas de panique ! À moins d’être maudit par le grand-prêtre, vous ne vous transformeriez pas en mort-vivant. Les zombies rodent toujours, il n’y pas de sortilèges de protection, enfin si, mais à vous de négocier avec le grand sorcier, sinon vous pouvez toujours rester avec l’épicerie créole !

57 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout